Un entrepreneur qui n’a pas froid aux yeux

Share:

Facebook
Twitter
LinkedIn

« Si cette transaction n’avait pas eu lieu en 2015, Congebec serait probablement géré, aujourd’hui, par des intérêts étrangers! », répond le président et chef de la direction de l’entreprise, dont l’actionnariat est maintenant composé que de membres du comité de direction.

Il y a cinq ans, le fournisseur de services réfrigérés pour le secteur alimentaire recevait une offre d’achat non sollicitée alors que le fondateur de la compagnie, Laurier Pedneault, souhaitait transférer son entreprise de 400 travailleurs à son fils Nicholas-P.Pedneault.

Devant cette offensive d’un joueur canadien, qui appartient aujourd’hui à des Américains, fiston avait mis les bouchées doubles pour dénicher les capitaux nécessaires pour bloquer cette transaction.

Desjardins Capital (70 % des actions), Investissement Québec (18,5 %), et Fondaction CSN (9,5 %) avaient sorti leur chéquier pour devenir les actionnaires majoritaires de Congebec. 

Nicholas-P.Pedneault obtenait, quant à lui, 2 % des actions de la compagnie qui avait un chiffre d’affaires aux alentours de 60 millions $. 

Récemment, quatre hauts dirigeants, dont le président et chef de la direction, Nicholas-P.Pedneault, ont fait une offre pour racheter l’ensemble des parts des partenaires externes. 

Le quatuor est maintenant seul aux commandes de l’entreprise de Québec avec un chiffre d’affaires de près de 100 millions $. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. 

«On peut dire que nous sommes maintenant à 90 % et demi Québécois. J’ai un actionnaire qui est Franco-Ontarien», répond au Journal avec humour Nicholas-P.Pedneault, qui est maintenant actionnaire majoritaire. 

Fondé en 1974, Congebec est un fournisseur d’entreposage à température multiple qui offre également des services de distribution pour l’industrie alimentaire. L’entreprise possède 13 installations, soit au Québec, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Chaque année, près de 2 milliards $ de nourriture transigent à travers ces établissements. 

Plan de croissance

Au cours des prochaines semaines, les nouveaux propriétaires travailleront à pondre le prochain plan de croissance de 5 ans de l’organisation. D’ici décembre, les travaux pour un nouvel entrepôt frigorifique d’environ 250 000 pieds carrés devraient commencer sur la Rive-Nord de Montréal.

La facture du projet pourrait dépasser les 60 millions $. Entre 50 et 100 emplois seront créés. L’ouverture est prévue pour 2021.

«Avec la consolidation dans notre secteur, il faut être très imaginatif pour la suite des événements. Avec mon équipe, nous allons être créatifs», promet le président, qui ne prévoit pas, pour le moment, de percée aux États-Unis. 

Entre 2015 et 2020, Congebec a consolidé sa présence en Ontario et dans l’Ouest canadien. L’entreprise a aussi avalé la compagnie Shamrock Cold Storage, mis sur pied une division de transport et ouvert un entrepôt à Toronto. 

Du côté de Desjardins Capital, la direction se réjouit de voir que Congebec est demeuré une entreprise d’ici. Desjardins Capital, Investissement Québec et Fondaction CSN ont agi à titre de prêteurs dans la transaction.

«Nous sommes très fiers d’avoir pu intercepter une entreprise qui était trop grosse en 2015 pour être rachetée par l’équipe de direction. Aujourd’hui la business va bien et on va continuer de les aider», indique pour sa part Luc Ménard, chef de l’exploitation de Desjardins Capital.

On key

More articles

Congebec veut congeler à l’étranger

Avec sa soixantaine de millions de pieds cubes de congélateurs, Congebec reçoit annuellement dans ses installations l’équivalent de 2 milliards de dollars en nourriture, de la dinde aux canneberges en passant par certains produits de boulangerie. Et avec l’arrivée récente de Banque Nationale Placements privés comme actionnaire minoritaire, l’entreprise québécoise a l’intention de prendre de l’expansion à l’étranger.

Read more »